Un weekend à Genève
le 24 et 25 avril 2004

et le concert du 23 oct. 2004

"C'était fantastique, il a chanté ce que son public voulait et pas ce qu'il avait prévu. 3 heures de concert qui nous ont parues si courtes. Et comme toujours présent et attentionné à la fin du concert pour ses amis qui voulaient lui parler, dédicacer, ou prendre des photos avec lui. Le lendemain dans les bois pour soutenir les "eco-citoyens" "peuple des arbres" était aussi une journée sans pareil, il est arrivé comme ça, on lui a tendu une guitare et le voilà parti pour quelques morceaux bien choisis pour la cause en faveur "des arbres qui saignent". "Le champignon nucléaire" était aussi de la partie... voilà deux journées absolument inoubliables... en attendant les prochains concerts..." (lolo et bruno)



" C'était une formidable soirée entre copains avec Francis, son talent, sa générosité... Fidèle à lui-même. On aimerait que cela ne s'arrête jamais. Il n'a rien fait de ce qu'il avait prévu, tout au feeling, ce que l'on préfère. Des anciennes chansons, des nouvelles, et du prochain CD. Trois heures de concert fabuleux. Francis comme on l'aime. Francis qui nous permet de toujours avoir 20 ans. C'était Francis, tel qu'on l'imagine, tel qu'on l'espère, tel qu'on l'attend... et nous n'avons pas été déçus! Merci Francis pour tant de bonheur, pour toutes ces étoiles que nous gardons à jamais dans le coeur." (Isabelle)

"Pourtant initialement annoncé avec ces musiciens de la dernière tournée, Francis est arrivé tout seul avec sa guitare et nous a fait remonter le temps durant plus de trois heures.
Quelle claque ! A bientôt 40 piges, je me suis retrouvé dans mes baskets de mon adoslecence et encensé comme à ses plus belles heures. "T'es marron", Mélissandre", "Pleure un bon coup, ma p'tite Véro, "V'là huit heures", tous ces titres ressortis à volonté des tiroirs, comme des cartes postales jaunies.
Successivement charmé, ému et envoûté par quelques chansons inconnues, excité par l'annonce de son prochain disque, enregistré en Angleterre avec les musiciens de Jamiroquai. Le morceau qu'il nous a présenté m'a beaucoup plu, bien rythmé, avec un refrain assez accrocheur pour séduire beaucoup de monde... Bref, l'artiste m'a reconquis comme au premier jour et j'ai été transporté au gré de ses humeurs, passant de la joie au recueillement, de l'émotion à l'admiration au cours de sa prestation.
Francis est en pleine forme et se donne plus que jamais à son public. Il a toujours un coeur gros comme ça puisqu'il nous a promis de revenir cet automne pour chanter au profit de l'organisation parrainée par son ami Zidane : ELA. A cette occasion, il a présenté au public le T-shirt de l'association.
Nous sommes restés une longue partie de la nuit avec Francis et avons bien discuté, bien rigolé ! Bref, ce fut une soirée géniale, un de ces rares moments de la vie où l'on sort complètement de son rôle habituel pour n'être plus qu'une personne à la recherche de l'émotion artistique. Un très, très grand moment.
Merci Francis et à vous tous d'être venu partager ce concert." (Thierry)


Occupation des bois de Ferney-Voltaire : Francis Lalanne en visite
(article du Progrès de Lyon, 26-04-2004)

Dans la sérénité de l'après-midi, un visiteur surprise a rejoint les éco-citoyens. Francis Lalanne, en concert la veille à Genève, a fait un détour par le pré de la Corne hier pour apporter son soutien au combat du «peuple des arbres».

Cheveux au vent, cuissardes de cuir, Francis Lalanne a fait son apparition au camp des « éco-citoyens », hier en début d'après-midi. «Ce n'est un secret pour personne que je fais partie de ces gens qui considèrent que l'homme ne doit pas prendre le prétexte d'avoir quitté la condition animale pour se permettre de faire ce qu'il veut avec la forêt». C'est donc sans surprise que le chanteur, défenseur de l'« éco-humanité » s'est volontiers fendu d'un détour dans les bois. La chance l'y aura amené. Car, si dans un train du samedi, il n'avait pas croisé des Ferneysiens qui se sont empressés de lui faire part de ce qui se passait à proximité de l'aéroport, peut-être ne l'aurait-il pas su. Intéressé par l'histoire des Ferneysiens, l'homme a alors promis de venir voir ce qui se passait.

« J'ai vu le chantier et j'ai vomi »
Après son concert à Genève samedi soir et son émission télévisée du dimanche matin, Francis Lalanne a traversé le pré de Corne. «Je suis allé voir le chantier et j'ai vomi». Assis autour du feu de camp, une guitare à la main, le chanteur n'a pas mâché ses mots : «Je suis venu leur (les éco-citoyens, NDLR) apporter mon soutien car je pense qu'ils en ont besoin. Ce que l'homme se permet de faire avec la forêt, c'est aussi du terrorisme, une forme de terrorisme légal. Il ne faut prélever de la nature que ce qui est indispensable à la survie de l'humanité, mais ne pas priver la nature de ce qui est indispensable à la survie de l'humanité». A méditer...
Et devant un public ravi, après quelques accords de guitare en chantant «Viens près de mon arbre qui saigne», Francis Lalanne a lancé son mot d'ordre : «Aux arbres citoyens !». «Nous sommes dans un monde où l'on abîme le monde de nos enfants. C'est grave». Quant au soutien au «peuple des arbres» de Ferney, l'artiste a affirmé vouloir «faire passer le message». «Les causes perdues n'intéressent pas le monde. Mais les causes perdues sont soutenues par les vrais défenseurs du monde par la raison de la morale. Le monde manque de morale». Le chanteur, qui prône donc l'«éco-humanité» aura apporté un soutien apprécié par les éco-citoyens qui s'apprêtent à vivre un début de semaine «musclé».


Genève - la suite :
concert au profit de l'ELA le 23 octobre 2004

Fondée en 1992, l’Association Européenne contre les Leucodystrophies (ELA) vise à aider et soutenir les familles concernées, à stimuler le développement de la recherche et à sensibiliser l’opinion publique. Le fer de lance d’ELA, son parrain, c’est Zidane.

Zidane, mais aussi Zep ou Francis Lalanne, étaient lundi le 10 mai à Genolier pour appuyer la sortie de «tous en baskets».
A l’origine un slogan, c’est maintenant un livre, beau et drôle, vendu au profit de l’ELA.


Aldo Platini, Zep, Francis Lalanne, et devant eux,
Zinedine Zidane et Sylviane Berthod. (swissinfo)

Un jour de l’année 2000, Zinedine Zidane rencontre l’Abbé Pierre sur la minuscule vigne de Farinet, en Valais. Dans la foulée, quelques temps plus tard, il offre une paire de baskets qui lui appartient à Gérard-Philippe Mabillard, homme de communication valaisan. «Tous en baskets pour battre la maladie!», dit le slogan de l’association dont Zidane est déjà le parrain.
Et Mabillard va cogiter. Faire appel à un ami photographe, Georges-André Cretton. Trouver un éditeur, Flammarion.
Son idée? Lancer l’idée d’une série de portraits de personnalités, mises en présence des fameuses baskets de Zidane. Les deux hommes en envisageaient 12. A l’arrivée, le livre en compte 86, show-biz et monde du sport confondus.
Il y a Zidane et Lalanne, mais aussi Jean-Louis Trintignant, Catherine Deneuve, Jean-Jacques Goldman, Jacques Dutronc, Audrey Tautou, Max Gallo… Et, côté suisse, Zep, mais aussi Jean-Luc Bideau, Henri Dès, Bertrand Piccard, ou la skieuse Sylviane Berthod, marraine d’ELA Suisse.

Le combat de l’ELA, le chanteur français Francis Lalanne le voit presque comme une lutte politique: «C’est une lutte pour une cause minoritaire... Que le monde entier se lève pour un seul enfant et, à ce moment-là, le monde aura changé.»

(Source: Swissinfo.
«tous en baskets» de Gérard-Philippe Mabillard et Georges-André Cretton, 192 pages, édité par Flammarion, distribué en Suisse, en France, en Belgique, au Luxembourg, au Canada.)

Le site de Georges-André Cretton, avec toutes les photos du livre: www.crettonphoto.ch


23 octobre: le concert

"Tout a commencé quand le silence était présent et en tendant l'oreille nous avons entendu le cri du papillon, après cette merveilleuse mélodie au parloir il a décidé de nous ouvrir notre coeur et notre esprit; au nom de Dieu que c'était beau quand le champignon nucléaire nous a envoyé quelques années en arrière. Et je peux dire pense a moi quand la chanson de l'amitié est joué par une étoile tel que notre ami. Les frissons sont au plus haut quand dans les bras de Siam j'ai pensé en le regardant que je veux l'aimer, je veux pas mourir. On voyait son visage s'illuminer quand il pensait à sa nana et Séléna en l'écoutant t'es marron. Après avoir été transporté avec un jolie morceau de guitare sans paroles, nous avons attérri en espagne ou il faisait bon vivre. Et comme les bonnes choses ont une fin Francis nous à dit te quiero dans sa maison du bonheur."

"Merci à Thiérry et tout les autres (les représentants d'ELA Suisse) pour cette magnifique soirée et d'aider les chercheurs à trouver le remède contre cette putain de maladie, dont le petit Yann qui était présent aussi, est atteint. Merci à Ten Swing, et au 2 jeunes filles MAYLIS et ANAHI, avec leur voix magnifique.
Concert acoustique: Francis à la guitare, Francis et sa voix qui s'imprégnait dans tout le Palladium nous a bercé aussi, on se retrouve dans un état de repos total, mais pas celui qui nous endort, celui qui nous repose quand on cherche à retrouver de l'énergie. et l'énergie parlons en! elle circulait et des sourires s'affichaient sur les visages. Francis nous a transporté sur sa planète. Voyage au pays de Los Alacaluces, Fuera, une nouvelle chanson... sa voix qui montait trés haut sur la chanson de Claudia en hébreu... Et Francis toujours dispo pour son pulic, malgré son état de santé. Merci à notre astre pour sa chaleur."

"Sa voix ne change pas, surtout quand il chante ses mélodies espagnoles, c'est une voix qui vient du plus profond de son âme, car en espagnol elle vient du plus profond de son enfance."


Les images portant le signe @ l (Les @mis de Lalanne) sont la propriété des supporteurs de ce site.