Lorenzaccio

d' Alfred de Musset
Mise en scène: Stéphane Gildas

Une interprétation de haut vol

Ils sont jusqu'à 19 sur scène pour 35 rôles. Des pointures du théâtre aux parcours qui en imposent. Tous les classiques leur sont passés entre les mains et leur carrière, mise en commun, devient un dictionnaire du théâtre de Molière à nos jours. Au milieu d'eux et pour le rôle titre, Francis Lalanne, dont on connaît mieux le parcours musical que théâtral, pourtant jalonné de Cervantés et Molière. Sa prestation est tout simplement bluffante. Se mouvant sur la scène avec l'aisance du comédien qui maîtrise parfaitement son jeu, il offre aux multiples facettes du personnage toutes celles de son talent. Puis il anime jusqu'à la viscosité, pétri de douleur jusqu'à la folie ou empreint d'une chevaleresque témérité, chevelure léonine au vent et regard ténébreux, Lalanne EST Lorenzaccio. Sachant faire oublier l'homme public que l'on connaît tous et dont le romantisme à fleur de peau et de chansons ne pouvait pourtant que rencontrer un jour le personnage de Musset, il fait corps avec ses partenaires dont on sent sourdre la rage et la passion pour leur métier conjuguées au bonheur de défendre un tel texte.
Trois heures durant et à l'issue desquelles le public acclame debout les comédiens de ce spectacle très moderne sur un texte classique, le Trianon devient tout simplement royal.
Franck BORTELLE (Paris)

théâtre & film